18 juillet 2009

Comme une tite fille!


Hier, j'étais invitée à une porte ouverte de ramassage de matériaux à jeter chez une compagnie d'architecture et de design qui déménage bientôt. Une belle initiative de la Bimam qui fait le lien entre artistes et entreprises dans le but de récupérer des matières pour en faire des oeuvres d'art. Autant vous dire que c'est vraiment ma tasse de thé! On était là, quelques artistes et organismes qui font des ateliers, fébriles et haletants à l'idée de faire une razzia dans leur sous-sol avec nos boîtes et sacs en grands nombres.

Eh bien on n'a pas été déçu, une vraie caverne d'Ali Baba! Des centaines d'échantillons de bois, de verres, de prélarts, de céramiques de toutes les couleurs et des textures incroyables, des motifs superbes, des imitations de bois invraisemblables! Moi, je ne savais plus où donner de la tête devant ces multiples trésors. J'avais le coeur battant juste à penser à toutes ces possibilités de futurs bricolages, sculptures ou même juste m'amuser à les retourner entre mes doigts. Suis-je encore une tite fille ou il en a d'autres comme moi qui voient encore dans cette matière condamnée à l'enfouissage et surtout gratuite, un potentiel si explosif?
Vraiment, ça ne fait pas cet effet dans un magasin de matériaux neufs. Le processus est alors inversé. Je pense à ce que je vais faire, je planifie, je me rends là-bas et je prends strictement le nécessaire. Mais là, je peux prendre tout ce qui m'attire assez et puis soudain, à force de le tripoter, une idée me vient pour placer cette pièce du puzzle à sa place. Je suis invitée à imaginer!
Ce qui me frappe, pour finir, c'est que nous n'avons pris que la moitié du stock malgré notre gourmandise à tous, le reste s'en va probablement au dépotoir! Et c'est grâce à la Bimam et à l'ouverture d'esprit assez exceptionnelle de cette entreprise qui accepte de nous consacrer un peu de temps et d'espace qu'il y en a que la moitié, parce que c'est la première porte ouverte du genre. Habituellement, personne ne se pose de question. Mais voilà, la Bimam a besoin de d'autres membres, des entreprises, des artistes, des donateurs financiers, un local, un ordinateur. Ça revient toujours à ça, mais là, on a tous intérêt à s'y mettre parce que les sites d'enfouissement sont de plus en plus surchargés et que même les chinois ne veulent plus de nos poubelles de recyclage. Dorénavant, les propres seront des riches qui auront les moyens de mettre leurs déchets dans la cour du voisin! Moi, je dis autant devenir tous des artistes et commençons à transformer ça en oeuvres d'art, en joyaux, en paradis ce futur monde de résidus domestiques. Rendons les riches jaloux!

3 commentaires:

  1. Je découvre grace à toi la Biman, je me demande si ca existe ailleurs ce genre d'initiative géniale, je vais enqueter pour Zurich

    RépondreEffacer
  2. Salut Geneviève,

    Je dois changer la clôture autour de ma cour et je me demande si je pourrais pas en profiter pour faire quelque chose d'original avec des matériaux recyclés. Pense-tu que la Bimam pourrait m'aider? J'ai pas envie d'utiliser les services d'entrepreneurs qui se foutent pas mal de l'environnement. Quand je leur demande des solutions écologiques, ils me regardent comme si j'étais une extra-terrestre!

    RépondreEffacer
  3. Malheureusement la Bimam a pour mandat d'aider les artistes et organismes a réutiliser les matériaux pour en faire des oeuvres d'art. Ce n'est pas vraiment pour arranger les clôture même si ça reste une très bonne idée de trouver un moyen pour réutiliser des matériaux. Tu peux aller sur le site des citadins du rebut global: http://www.citadins.tv et va voir dans leur carnet d'adresse, il y a des endroits pour la rénovation. C'est justement ça le problème, on ne connait pas encore bien les endroits où on peut récupérer des choses même quand on a de bonnes intentions!

    RépondreEffacer

Une erreur est survenue dans ce gadget